forum langage

Qui veut contrôler les esprits, contrôle le langage
Nous sommes le Mer 23 Aoû 2017 09:07

Heures au format UTC [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 4 messages ] 
Auteur Message
Message non luPosté: Mar 24 Déc 2013 05:55 
Administrateur du site

Inscription: Mar 29 Jan 2013 17:10
Messages: 69
Première version: du 13 au 19 décembre 2013;
première révision: août 2015
mise à jour du motif: mai 2017

Avant propos

Ceci n'est pas un message codé; le code, c'est nous. Et bien que parfois difficilement accessible, la partie symbolique de ce message n'en reste cependant pas moins importante dans ce processus de reconstitution d'une 'loi' organique centrale. Que cette approche "mystique", "spirituelle", "déjantée", ne vous fasse point fuir, car elle est l'obstacle rencontré lors de cette recherche, et, en définitive, l'obstacle que chacun pourra apprécier en lisant cette suite d'articles qui ne franchira pas le Rubicon agnostique fixé depuis longtemps par son auteur. Il y a plusieurs chemins possibles et vous constaterez que celui-ci emprunté et proposé se fait virage serré ou parfois épingle, voire col de haute montagne. Pourtant, le souhait ici exprimé est que les marches ne soient pas trop abruptes et ne vous fassent pas refluer vers la facilité apparente. Il y a de nombreuses voies d'ascension et certainement d'une qualité rédactionnelle davantage assujettie aux ressentis, à l'instinct émotif, à l'approche de l'hermétique; mais à ce jour aucune autre proposition rencontrée n'aura été aussi complète dans la description d'une issue à nos "crises" et de montrer la direction vers la pragmatique sociale, vers l'entrevue d'un avènement.

Pour palier à cette difficulté de langage, des diagrammes accompagneront les textes tout au long du périple. Vous pouvez les considérer sémantiquement supérieurs tant qu'ils ne sont pas surchargés d'écrits; car là se joue une différence essentielle dans l'expression de cette 'loi' organique: l'expression sous forme de dia-grammes, de synoptiques techniques, est nettement plus 'parlante' que de long discours; et d'autant moins falsifiable (navré pour le côté comploto/parano). Il s'en suit que la technique de langage exercée ici propose un texte raccourci par une condensation de la forme, une contraction lexicale à visée politique. Aussi, aucun ouvrage 'substantiel' et définitif n'est-il prévu alors qu'une adaptation linguistique des quelques essais déjà produits est en cours.







Un motif à l'Aévolution
Fichier(s) joint(s):
MotifAevolution_II_700px.jpg
MotifAevolution_II_700px.jpg [ 100.78 Kio | Vu 270 fois ]

Grand format:
Fichier(s) joint(s):
MotifAevolution_II.jpg [325.9 Kio]
Téléchargé 8 fois


Aévolution? Cela ressemble à (r)évolution avec un "A". Un 'nouveau-né' pour signifier une nouvelle action: celle d'une transition. Le "A" indique l'ordre structurel et désigne un vecteur de nécessité, d'impératif, d'utilité, de contingence, etc. Le terme A-évolution se comprend comme une évolution nécessaire et rapide des industries humaines.
La révolution, quant à elle, n'est autre que le quotidien de notre planète, chaque jour étant un nouveau monde, qui, muni de nouveaux langages, inspire une pensée révolutionnaire continue, telle une remise en question permanente. La révolution est le lieu d'une fluidité et d'un sens retrouvés du discours politique local; aussi essentiel que la fluidité des monnaies quand elles existent. La révolution est l'habituel qui suit la refonte d'un système qui tourne rond.
L'Aévolution, en tant que formulation d'une constitution, précède la révolution. L'Aévolution, c'est main-tenant.

Le motif quant à lui est le dessin (à ouvrir dans un nouvel onglet), encore incomplet, qui a jadis signé plusieurs fois l'Aévolution dans l'histoire de l'humanité. Ou, dit autrement, est présenté ici le diagramme (ou synoptique) qui décrit de façon graphique le mode de fonctionnement économique pratiqués par les abeilles et les fourmis; et non seulement.
Ces pratiques ont été transmises de bien des façons avec les langages de l'époque, notamment la géométrie, mais nous sont parvenues sous forme de mythologie dispersée, de dogmes qui ont 'perdu' les sens pratiques de leurs croix. La non-maîtrise du langage politique par oubli des structures de conseils, ainsi que l'apparition de la monnaie raréfiée dite "monnaie-dette" - autre logos politique majeur mais qui lui fait seul sa publicité et dont l'objet est un détournement de la souveraineté individuelle au profit des seuls "créateurs de monnaies" - auront été les failles qui ont permit les disparitions récurrentes de ces pratiques chez l'humain; heureusement pour partie fossilisées dans la culture ("Am Stram Gram..."; etc.).

Cette découverte est le résultat d'un travail catalysant les textes précédents...
->Liberté = Pouvoir
->Le démocrate sincère est un roi
...ne formulant que les pointes émergentes des couronnes offertes par cette re-constitution qui débutera surtout avec -> le cacosoïsme.


La simplicité de cette formule, en rien magique, bien que redoutée tant elle ressemble aux fondements de nos 'êtres', doit nous assurer la souveraineté. Non pas la 'souveraineté monarchique' de l'être illuminé et seul à tenir le sceptre contre tous, ni la 'souveraineté nationale' qui est une autre hérésie ne permettant pas moins de guerre qu'avant que les têtes couronnées ne tombent. Le scalpe de Louis XVI, cette couronne arrachée, c'est la renonciation, c'est la mise en place d'un souverain fantoche: Big Brother en "Personne", despote dématérialisé, inaccessible.

La tâche de cet annonce est de vous transmettre l'idée d'une souveraineté individuelle politique et monétaire, morale et pratique, d'une 'liberté' et d'un 'pouvoir' également partagés d'abord en nous; et entre nous (Régal= R(oi)+égal); de retrouver le désir de faire qui nous habite tous, mis au centre de la fonction politique.

L'article "Le démocrate sincère est un roi" indique comment cette souveraineté est mutée en égo puisque contrariée dès l'enfance. Un égo qui nous fait nous noyer dans la liquidité où tout est achetable, tout est échangeable, commercial dans ce paradigme névrosé ("Si t'es gentil, t'auras des bonbons"). Notre représentation du monde mondialisé est un océan de commerce, tout bleu, sans structures. C'est bleu dans les têtes mais pas dans les portes-monnaie, emblème résiduel d'un pouvoir déchu, d'achat. Les bourses sont vides du liquide promis par la 'publicité', par les mots bleus, inter-changeables, vides de sens politique. Alors que publi-cité est un terme plutôt rouge, d'ordre structurel, servant à interroger l'orientation politique d'une cité; c'est dire la grande glissade de sens de nos vies, qui va jusqu'à l'inversion de la symbolique de base.


Alors remettons-la à l'endroit.


Fichier(s) joint(s):
MotifAevolution_II_700px.jpg
MotifAevolution_II_700px.jpg [ 100.78 Kio | Vu 270 fois ]

Grand format:
Fichier(s) joint(s):
MotifAevolution_II.jpg [325.9 Kio]
Téléchargé 8 fois


Dans le premier diagramme vous trouverez une reproduction partielle d'une représentation de l'indivisis que nous sommes en esprit et en corps, c'est à dire des individus doués de raison plus ou moins forte. C'est la base de l'idée de la souveraineté, celle de l'esprit, de l'unité de conscience. Et elle devrait se traduire par la souveraineté du comportement écologique en premier lieu (Ecol.). Pour cela la cellule humaine se représente par la Terre et par le cœur, l'humain (tel que le définissaient les Amérindiens) se trouvant entre les deux. Ecol. désigne à la fois l'écologie et l'école; une école qui devra retrouver son centre.

Cette représentation philosophique du souverain ne saurait contenter les esprits pragmatiques. Aussi la partie pratique, concernant la souveraineté monétaire et ses vecteurs politiques, sera esquissée à partir de l'article traitant du sens de la monnaie (4) et débutera son développement dans le suivant (5).
Les indications centrales du diagramme seront expliquées plus bas dans le paragraphe sur le langage.


Second diagramme:

Partant de la cellule entropique humaine, la question était de déterminer quelles en étaient les institutions.
L'une des institutions qui motive la poursuite de cette recherche est l'estomac social. Cela acquis, la première tentative était de dessiner les institutions à l'extérieur de la bulle humaine, avec un réseau d'embranchements, de flèches, de robinets, et de gribouillages en tous sens. Peine perdue ?
Pas complètement, car là se dressait le mur des représentations de la société, où le liquide domine presque tout, avec les tuyaux bouchés par-ci et de colossales fuites par-là, qui, au lieu de retomber en pluie, s'échappent étrangement quelque part aux paradis. Liquides sont les mots de la publicité et de nos croyances, mais dans les têtes seulement, dans les mots, et pas dans la dure réalité, où les 'structures' de nos lois et de nos pratiques sont d'un rouge bien bruni.

Ces institutions, il fallait les nommer, les renommer, puis finalement les rassembler pour les désigner: l'une des institutions de l'individu souverain est l'entreprise (souveraine donc). Cette entreprise, qu'elle soit issue d'un projet particulier ou commun, devient une raison supplémentaire d'aider son voisin. Cette entreprise souveraine se conçoit tel un 'ministère personnel' (pléonasme), une voie de réalisation.

Une grande partie de cette démarche est due à l'observation de la société des fourmis. Si l'une d'entre-elles tente de déplacer un objet trop lourd pour elle, après quelques secondes de vains efforts, d'autres fourmis se joignent à elle pour l'aider dans leur entre-prise. Comment prennent-elles la décision ? Pas besoin de contremaître pour gérer des fourmis qui se sont spontanément détournées de leurs tâches respectives, ou de leurs vacances, afin d'aider une entreprise locale, commune et momentanée. Elle ont simplement créé un ministère publique temporaire, chacune à leur niveau souverain. Car oui: la fourmi est souveraine. Non! Toutes les fourmis sont souveraines.

La Gyne

Le cas de la grande fourmi qui ne peut se déplacer facilement et reste au fond de l'abri sans jamais en sortir, à faire la ponte et rien d'autre, celle qui est nommée Reine, n'est autre que l'une des ministres de la production des œufs (les gynes). Pour les fourmilières importantes (>100.000 individus) la poly-gynie (plusieurs reines) est courante. Cette imposante fourmi est souverainement guidée par les autres fourmis qui l'alimenteront en fonction des ressources disponibles, et faisant ainsi coïncider le débit de la reproduction avec le niveau de l'estomac social.
Malgré son extrême spécialisation, la 'reine' a également son 'mot' à dire, mais bien différemment des autres. L'unicité de l'origine de ses 'choix' (qui n'en sont peut-être pas car imposés par la nécessité généalogique de la communauté) entraîne une grande responsabilité sur une seule 'tête', un seul individu. La faiblesse structurelle qu'implique cette concentration de la reproduction est aussi une limitation mécanique à la population de la fourmilière. Cette fragilité, qui vient en même temps qu'une 'impensable' intelligence de la structure tribale, contraste avec la solidité de la culture du partage induite par l'estomac social. La gyne (reine, mère) est à l'origine de l'entreprise de la colonie (pour la première, la fondatrice), mais ce n'est pas un ministère temporaire comme chez d'autres fourmis; c'est au contraire un sacerdoce constitutionnel aliénant, définitif. Ce qui donne à cette 'fonctionnaire trop spécialisée' de ce petit monde imparfait un statut particulier: celui d'être choyée.

La plupart des autres fourmis sont polyvalentes, avec pour certaines, des fonctions allouées par des constitutions individuelles peu ou prou différentes. N'étant pas mécanisées, les fourmis 'se font' elles-mêmes outils; elles 'sont' la manifestation de leur propre technologie, leur propre code inscrit et comportemental.


Dans notre monde, le respect de la variabilité du génome ne permet plus d'allouer telle fonction à tel humain. C'est l'esprit et son souffle, sa parole, qui déterminent la fonction à laquelle il se destine. L'humain a le désir de la forme nouvelle, de la matérialisation des projets, mais aussi de la compréhension technologique, c'est à dire de la prise de possession du langage de ce monde; et donc du monde lui-même.
Mais ces merveilleuses con-sidérations ne sauraient faire oublier les contingences du quotidien. Ces contingences sont reconnues depuis longtemps; et la grande majorité les connaissent encore. Elles consistent en un constat, le procès verbal d'un manque; puis d'une réflexion et d'un débat pour aboutir à une solution; puis d'une action conforme à la solution. Ceci est le processus politique classique de formation d'un ministère temporaire. Ce ministère peut-être individuel ou conjoint sans limite. Dans ce dernier cas c'est la définition d'un ministère publique, mais pas comme chez la Reine des fourmis, une perpétuité, mais un choix temporaire. Ce sens est apporté à la définition du ministère par l'entreprise souveraine, autrement dit de la volonté de chacun d'employer dignement et citoyennement son 'temps partagé' dans une entreprise, d'y exprimer ses potentiels; et d'apporter ainsi sa pierre à l'édifice.



Un détour nécessaire par l'objet de ce forum: le langage

Des éléments de langage quotidien nous avertissent qu'il est temps de changer. Mais quoi? Et bien en premier lieu il nous faut nous débarrasser de nos concepts construits sur des représentations déniant la réalité (mythes), et qui nous empêchent de nous situer correctement par rapport à notre environnement (notre cosmos).
Ce forum, le forum langage, est un centre d'étude et de surveillance du logos politique. Car nommer le chat le chat est insuffisant lorsque l'on tente de décrire la réalité. Et c'est un exercice devenu très compliqué, avec les fausses représentations de l'humain et de sa place, complexes, qui nous bercent doucement contre le mur depuis tout-petits. toc. toc.

Notre logos politique, pour atteindre la souveraineté, doit se situer à mi-distance du discours strictement économique (chaos, bleu, liquide, froid, etc.) et du discours strictement polis. (ordre, rouge, structure, chaud, etc.). C'est l'éternel compromis entre 'la liberté' et 'le pouvoir' (à lire: [url=https://www.facebook.com/notes/max-bézard/liberté-pouvoir/4286737096134/]liberté=pouvoir[/url]), la voie du milieu, la voix politique équilibrée entre la structure rigide des us et coutumes, des institutions, de l'utilisation d'un pouvoir régalien individuel, et, l'autre voie diluée des circulations de biens, marchandises, monnaie locale, et d'une monnaie commune qui garantie la paix en établissant le socle.

Cette monnaie commune, cette parole commune, est répartie constamment et également dans chaque 'estomac' (compte en banque composite) souverain, insuffle la confiance en ce socle, cette société; ce qui permettra la fluidité de la politique (fait nouveau), donc son efficacité; et bien entendu la fluidité ou la stabilité retrouvée des souverains eux-mêmes.


Dans le troisième diagramme
vous pourrez soupçonner un début de réunification du sens des échanges. Ce diagramme n'est pas un schéma descriptif!!.. mais peut au mieux se désigner comme "fractale symbolique" (et un outil de mesure géométrique). De même que le connu Yin-Yang, ce diagramme indique simultanément plusieurs principes fondamentaux à l'équilibre des systèmes économiques terriens. Il met en regard deux figures extrêmes et opposés dans l'apparence, mais qui correspondent aux deux principes complémentaires et indispensables l'un à l'autre. Il est sans doute la clé d'une philosophie perdue; une ancienne représentation symbolique séparée en deux. La nuance des couleurs aidera à la distinction des deux 'parties'. La moins connue des deux formes vient de la Grèce antique à l'époque précédant celle de la croix orthodoxe; c'est l'hexagramme à point central correspondant au principe retour (Yin). L'autre hexagramme de l'étoile ne se présente plus! Et le soin vous est laissé d'en déduire le principe.

Une description plus complète de cette figure du 'symbole' viendra au fur et à mesure de sa recherche. La prudence est de mise car la portée sémantique d'un tel objet n'a pas encore rencontré de limites perceptibles. Cependant un propos qui ne parait pas exagéré serait de considérer l'entité humaine placée au centre de l'étoile comme étant la représentation du Gentil de la Fable humaine.

Comme pour ceux du Yin-Yang, cet exemple de représentation n'est que l'une des nombreuses expressions qui ont le même 'modèle dualiste' comme référent sémantique (ou symbolique) en première approche. La très forte abstraction rend l'interprétation parfois hasardeuse mais somme toute riche d'enseignements.


Le quatrième diagramme
n'est pas abordé dans cet article mais dans ceux, plus spécifiques, sur la monnaie et son sens de circulation. Il concerne les interfaces de la monnaie commune entre entités culturelles, entre pays. A cet égard, la présentation graphique de ce principe est réduite à l'extrême et ne doit pas être interprétée en tant que telle. Un principe dont la nature symbolique est connue mais dont la mathématique n'est pas déterminée viendra effectuer cette fonction de mélange équilibré.





Conclusions provisoires:

Il n'était sans doute pas possible d'imaginer ce projet à l'échelle d'un ou plusieurs pays avant l’avènement de l'internet et de la parole structurante, enseignante, retrouvée. Pourtant les décryptages de la mythologie effectuée en ce moment (déc 2013) font penser que ce système fut pérenne et même adulé par le passé. Escamoté l'estomac social! Il s'est transformé en trèfle, chaudrons magiques, (saint) Graal et autres masques pour narrer légendairement l'Histoire; une Histoire déjà informée par le langage. Un concours de non-sens pour qui ne connaît pas les prémices de la vie économique, d'une ruche ou d'une fourmilière, basée sur l'universel.


Ces principes associés en système permettent de supprimer les salaires; de voter individuellement pour les entreprises ou ministères de son choix et d'en instituer de nouveaux; d'alimenter n'importe quelle entreprise souveraine, que ce soit en 'logos' politique ou monétaire; de se rétribuer souverainement sur l'estomac social réparti également; de retrouver le sens de la société; de l'entre-aide en réintroduisant l'étoile du shérif qui bat en chacun de nous dans chaque acte de commerce (entendu par commerce tous types d'échange humain). Et ce ne sont là que les prémices d'une démonstration à poursuivre dans l'article suivant.


Cette suite est déterminante pour l'assise philosophique de cette proposition.L'article sur la monnaie permet de comprendre 'un peu' mieux notre monde et d'en appréhender les profondeurs enfouies sous l'histoire.

Fichier(s) joint(s):
MotifAevolution_II_700px.jpg
MotifAevolution_II_700px.jpg [ 100.78 Kio | Vu 270 fois ]

Fichier(s) joint(s):
MotifAevolution_II.jpg [325.9 Kio]
Téléchargé 8 fois






















.


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: Ven 26 Déc 2014 15:52 

Inscription: Dim 13 Juil 2014 09:49
Messages: 13
Bonjour Max,

Sympa l'analyse de l'intelligence fourmi. Cela m'a incité à chercher plus d'infos. Votre analyse est juste mais souffre d'un problème, elle est partielle. L'organisation est plus complexe et admet le système de castes. Il faut juste rappeler qu'ici, il ne s'agit pas des unes exploitant les autres, mais coopérant les unes avec les autres.

Vous écrivez

" l'une des institutions de l'individu souverain est l'entreprise (souveraine donc). Cette entreprise, qu'elle soit issue d'un projet particulier ou commun, devient une raison supplémentaire d'aider son voisin. Cette entreprise souveraine se conçoit tel un ministère personnel, une voie de réalisation."

Certes, mais vous oubliez un peu vite ceux qui y voient une raison suffisante pour profiter de son voisin, c'est à dire, l'exploiter !

Dans la société humaine, les castes supérieures exploitent les castes inférieures. L'intérêt de la coopération (car c'est d'elle qu'il s'agit ici) est particulièrement vrai pour les castes prolétariennes, mais au sens général aux êtres paisibles (que l'on peut comparer aux herbivores), mais pas aux autres natures (parasites et carnivores).

Cette pluralité de natures entraine une autre différence fondamentale, c'est que chez la fourmi, le système de caste est sous forme d'hérédité générationnelle (donc génétique et impersonnelle), tandis que l'humain à introduit l'hérédité personnelle et l'a placé au dessus de l'hérédité générationnelle (génétique).

La société humaine mélange les deux systèmes, personnel et impersonnel. Pour faire fonctionner la mécanique elle fait appel au système fourmi, mais dans le but de permettre à une caste supérieure d'en tirer un intérêt indu personnel et permettre l'exploitation d'autrui. Chose qui ne se peut pas chez les fourmis.

Cela dit, certains pourront objecter qu'impossibilité ne signifie pas absence de volonté. Seulement le fait est que ce qui transparaît le plus dans une fourmilière, c'est la paix sociale, sa cohésion et donc harmonie depuis, si j'en crois ce qu'écrit Wikipedia, plus de 66 millions d'années, quand la notre est au bord du chaos et en pleine violence sociale après seulement quelques milliers d'années.

bon, je vais lire la suite, mais l'intention que vous affichez va dans le même sens que la mienne. Nous partageons donc le sens, toutefois, il y a beaucoup à en dire !

Je commenterai l'autre billet et ensuite je reviendrai au commentaire premier parlant d'utilité et d'intérêt.

@ plus


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: Mer 14 Jan 2015 04:14 
Administrateur du site

Inscription: Mar 29 Jan 2013 17:10
Messages: 69
Bonjour Hervé,

je n'ai pas tenté d'analyser l'intelligence des fourmis, la mienne me suffit comme embarras :) mais tenté de comprendre "l'esprit" apporté par l'estomac social dans les domaines philosophique, économique et politique. Il n'y a pas que les fourmis qui sont constituées de la sorte. Une vielle histoire d'abeilles qui traine aussi.

"L'organisation est plus complexe et admet le système de castes."
Qui admet quoi? Les savants qui n'ont pas compris l'estomac social et la fonction relieuse, sociétale et pacificatrice que celui-ci opère sur les esprits qui s'en servent? Je n'ai rien trouvé dans la Recherche Officielle et je m'appuie pour vous affirmer ce qui suit sur les dires de chercheurs passionnés par la myrmécologie. "Il n'y a pas de caste chez les espèces sociales".

Il n'y a pas de caste discernable chez les insectes (in-secte); mais des fonctions particulières pour certaines et suivant le moment de leurs vies. Cette vision de compartimentage est une projection de l'esprit humain, tordu par des millénaires d'abstinence religieuse (dans le sens non-théiste; religere du latin: qui relie).
Ne confondriez-vous pas fonction et statut? La fourmi n'a aucun statut social particulier hormis celui d'être le souverain intégral d'une partie du capital commun. Certaines fourmis ont une fonction spécialisée, ce qui leur permet d'éviter la mécanisation, elles se font outil (utile ;)). Sacerdoce à vie 'inimaginable' pour nous humains qui pouvons externaliser l'outil physique. Ce sont nos spécialisations qui nous casent dans un fichier produit, une "ressource humaine" particulière. Les castes ne sont nées que par l'absence d'estomac social monétaire chez les humains, les forçant au rendement donc à la spécialisation; et c'est cette séparation sociale que ces insectes ne peuvent connaitre car elles ont toutes la même faculté d'échange et aucune sorte de fonctionnaire ne fait "bande à part."

L'idée même de cet estomac commun, devenant virtuel pour l'humain qui se sert d'une abstraction monétaire, permet de beaucoup moins se soucier de son propre estomac au point ulcérant d'aujourd'hui. Car, l'humain, qui n'a pas d'estomac social constitué (hormis le petit bout de cœur institué, et non constitué, de l'assurance sociale et la retraite par répartition), ne vit que dans la peur du lendemain (ou du mois, exercice suivant, pour les rentiers) et se doit pour survivre d'entretenir cette peur par la mise en concurrence; autrement dit: marche ou crève.

Puisque vous basez votre raisonnement sur la notion de caste appliquée à la fourmilière, je ne peux traiter les autres considérations sur les castes insecticides, dénuées de sens à mes yeux. Sauf dans un cas que je ne peux encore imaginer, il n'y a pas d'exploitation de l'autre sous le régime de la communauté des biens, car cela reviendrait à s'exploiter soi-même.

A bientôt.


Haut
 Profil  
 
Message non luPosté: Lun 3 Aoû 2015 01:15 
Administrateur du site

Inscription: Mar 29 Jan 2013 17:10
Messages: 69
Exercice

Une imprécision, erreur "de jeunesse", s'est glissée dans le second diagramme qui ne respecte que partiellement la partie politique du Symbole d’Échange Monétaire.

Indice: voir la partie du texte Cacosoïsme concernant les "cotisations" (nommées plus tard "contributions") qui vont de l'estomac social vers les fourmis "fonctionnaires" ne pouvant aller sur le terrain de chasse en raison de la restriction spatiale de leurs fonctions (dont la "reine", plus justement désignée par les anglophones et les myrmécologues: "gyne").


Cette partie du symbole a été pleinement retrouvée un peu plus tard grâce au palindrome (carré ROTAS); l'erreur n'a pas été corrigée afin de conserver l'épistémologie de ces retrouvailles.
Cette erreur s'explique par le fait que le financement par la subvention directe à partir des comptes souverains est redevenue plusieurs fois étrangère à l'humain au cours des millénaires après la "fin" de chaque monothéisme (terme qui désigne l'utilisation d'une monnaie commune) et sans aucun doute après l'épisode chrétien débuté y a environ 2300 ans et jeté aux oubliettes il y a 2000 ans. cf Renan "La vie de Jésus" pour qui le Christianisme (effectif; NdA) a duré plus de trois siècles.


Fin Mai 2017
Finalement, et sans faire le corrigé de l'exercice précédent, une mise à jour au niveau du second diagramme permettra de rectifier l'erreur principale de la première version: la conversion des euros en francs était mal située (image dans l'article mise à jour).


Fichier(s) joint(s):
MotifAevolution_II_700px.jpg
MotifAevolution_II_700px.jpg [ 100.78 Kio | Vu 270 fois ]

Cliquez ici pour afficher un plus grand format


Fichiers joints:
MotifAevolution_II.jpg [325.9 Kio]
Téléchargé 8 fois
Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 4 messages ] 

Heures au format UTC [ Heure d’été ]


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
cron
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par phpBB-fr.com